Islande 2016 – Étape 3

20 Sep Islande 2016 – Étape 3

3ème et dernière partie de mon séjour Islandais en octobre 2016.

Je me réveille le lundi matin avec le sentiment que je suis à un tournant de ce séjour. C’est le jour de mon retour sur Reykjavik, distante de seulement quelques dizaines de kilomètres. Je sens que les paysages grandioses de l’Islande sont derrière moi, je commence déjà à appréhender le retour sur Paris, après ce dépaysement si agréable.

Il est temps de quitter également mon hébergement après un solide petit déjeuner. Je reprends la route en contournant le lac de Laugarvatn et me dirige vers le Parc national de Þingvellir, en ayant à l’esprit le conseil de l’employé à l’accueil au moment du départ qui m’a interrogé sur ma destination. Il m’a conseillé de prendre une petite route en arrivant à une intersection afin de profiter d’un paysage encore plus beau … il ne se trompait pas, j’ai traversé une zone particulièrement tranquille et … magnifique mais ça, ce n’est plus une surprise !

Le parking est le seul que j’aurais eu à payer de tout mon séjour (+/- 4€). Des bornes pour cartes bancaires sont disponibles. Je ne vous conseille pas d’essayer de passer outre, il y a des caméras partout et il semble qu’ils vérifient grâce à ces dernières et aux nombreux « gardes » qui circulent et contrôlent le « civisme » des touristes !

J’y passe un assez long moment. La vue est très belle de tous les côtés, la faille qui sépare les plaques US et Européenne est impressionnante, la balade dans ce Parc est agréable, l’histoire de ce lieu est également très chargée, très symbolique même, mais … il me reste un petit sentiment de regret. Je ne saurais l’exprimer, c’est impalpable. J’ai aimé le Parc mais ce coin d’Islande m’a finalement laissé moins de souvenirs que les autres.

Si je retourne en Islande – ce que j’espère – je ne suis pas certains d’y retourner, ou alors pour un arrêt plus bref.

Après ma pause à Þingvellir, je reprends la route, plus ou moins vers Reykvajik, avec comme intention de bifurquer pour rejoindre Glymur. J’ai un peu de temps devant moi, à priori le carburant restant devrait suffire – même si j’aurais régulièrement les yeux sur la jauge – et j’ai envie de voir encore un peu de paysages inhabités et déchirés.

Une fois arrivé au parking, après avoir longé des paysages qui par endroits me faisaient penser aux Etats Unis, j’arrive sur le début de la promenade. Il y a plusieurs véhicules. Je m’engage sur le parcours. Je ne croise presque personne. Par moments je ne suis pas certains du parcours à suivre. Le jour s’écoule et je n’en vois pas le bout quand, tout à coup, je me retrouve face à un cours d’eau large de 5 ou 6 mètres qui dévale depuis la montagne. L’eau est assez furieuse, elle a au moins 30 ou 40 cms de profondeur aux endroits les moins profonds et il faut la traverser en se tenant à une petite corde. L’eau est bien évidemment TRÈS froide. Je n’ai pas de vêtements de rechange sur moi et je préfère ne pas tenter la traversée. L’heure tourne et il est de plus peu prudent de continuer ne sachant pas qu’elle est la distance restant à parcourir.

C’est un loupé, je ne suis pas allé au bout et je n’ai pas découvert Glymur mais ce n’est qu’un « incident de parcours », j’ai malgré tout vu de très beaux coins lors de cette balade. Il était juste écrit que ça ne devait pas se faire ce jour là !

Je reviens vers le parking et reprends la route, destination Reykjavik cette fois-ci. Les lumières du jour se parent de la chaleur du soleil couchant. J’appréhende un peu la rentrée dans la capitale. La solution ? J’ouvre Google Maps en mode GPS en ayant cliqué sur l’adresse de mon hébergement et je me laisse guider par la voix du GPS posé sur le siège passager (c’est assez facile avec les axes bien identifiés).

Me voici revenu dans mon hébergement du premier jour. Il me reste un peu de carburant mais pas de quoi me lancer dans un parcours le lendemain. Je laisse la voiture sur le parking, à 15 mètres de l’agence dans laquelle je dois la rendre le lendemain dans l’après-midi.

Le premier soir, le ciel était plombé et il pleuvait. Je profite de la météo plus clémente pour me promener de nouveau le long du bord de mer et dans la ville. Il y a pas mal de couleurs, Reykjavik est une ville que j’apprécie tout particulièrement.

Il y a pas mal de clichés à réaliser. Une fois de plus, je suis heureux d’avoir pris le trépied. Il me permet de réaliser quelques poses longues. Alors que je suis au bord du petit lac de Tjörnin en pleine ville, il me semble apercevoir quelques lumières vertes dans le ciel. Je me demande si c’est une impression, un reflet des lumières de la ville ou … serait-ce possible … un petit morceau d’aurore boréale ?

Oui, c’est bien cela !

Je réalise quelques clichés mais il faut reconnaître que c’est très diffus. J’aurais droit durant quelques secondes, en pleine rue, à un ciel entièrement vêtu d’un semblant de drap vert qui ondule sous la voûte étoilée. Ça ne dure que quelques 20 ou 30 secondes, je n’ai pas le temps de sortir mon appareil photo et de déclencher hélas (et puis j’étais mal placé pour prendre un cliché). Ce bref instant à été assez magique !

Je rentre me coucher en ayant pour le lendemain comme projet de mieux découvrir la ville.

Le mardi, ma dernière vraie journée en Islande, je la passe à marcher dans la capitale.

Etant donné sa taille, il est courant de passer régulièrement par les mêmes endroits. J’avais retiré l’équivalent de 40€ lors de mon arrivée à un distributeur et je le regrette. Ma dernière journée consistera entre autre à essayer de dépenser les espèces restantes. On paye réellement tout avec la carte bancaire et il est finalement difficile d’écouler la monnaie.

Je ne vais pas m’étendre sur la partie restauration et / ou comment j’ai écoulé ma petite monnaie, j’en parle dans cet autre billet. Je vais par contre m’arrêter un peu plus sur les trajets et le ressenti tout au long de cette dernière journée Islandaise.

J’ai décidé le matin de longer le bord de mer et de remonter vers Laugarnes, en m’éloignant du centre de Reykjavik. La balade est très agréable. Je me suis fait la remarque que j’aimerais beaucoup faire du sport le long de ce bord de mer. On quitte très vite la ville pour se retrouver dans un espace « entre deux », pas encore en pleine nature mais pas si loin. Effet très reposant, quel luxe d’être si proche de la nature.

Cet aller/retour me prend un petit moment. Je reviens gentiment vers la salle Harpa, avec comme objectif de me trouver quelque chose à avaler, l’heure du déjeuner approchant. Je continue mes déambulations dans la ville, la météo est couverte mais agréable. Je repasse autour du Lac Tjörnin et de la mairie, je sillonne ces rues qui commencent à me devenir familières.

Les rues de Reykjavik ont ceci de déconcertant pour l’habitant de Paris que je suis devenu : elles sont petites, peu encombrées, composées de petites habitations colorées … on a tout de suite envie d’y passer quelques semaines, d’y habiter au moins pour un temps.

L’après-midi, je reviens vers mon hébergement afin de rendre le véhicule loué durant le séjour. Tout se passe en quelques minutes et je peux alors reprendre mes pérégrinations. Mes pas me mènent finalement vers Hallgrimskirkja, que j’avais envie de gravir depuis bien avant mon arrivée sur le sol Islandais.

Le coût est autour de 7€ (on peut payer en Euros si on le souhaite … c’était plus avantageux lors de mon passage). La montée dans l’ascenseur se fait par petits groupes. Une fois arrivé en haut, la vue à 360° nous permet d’embrasser cette ville qui est à la fois une capitale d’environ 120.000 habitants – 200.000 avec l’agglomération – et en même temps une « petite ville de province » (sans aucun préjugé). Ces couleurs, ces habitations composées pour beaucoup de jolies maisons, de petits immeubles, cette vue sur la mer et sur la côte juste en face. Que dire de plus que : j’aime cette ville !

Pour ce qui est de l’impressionnante église, vous aurez noté qu’elle est construite en béton. Elle est à la fois épurée et en même temps si bien intégrée (enfin à mon avis). L’intérieur est très lumineux. Sa visite mérite largement le détour !

Je continue pour le restant de la journée à déambuler dans la ville. Je ne boude pas mon plaisir. Je passe de nouveau passer dire un petit bonjour à la magnifique sculpture The Sun Voyager, je reprends une photo de la superbe salle Harpa, je profite au maximum de ces fresques qui ornent la ville.

Les heures s’écoulent, je pense de plus en plus à mon avion qui décolle le lendemain matin à 6h00. Je sais que la nuit sera plus que courte, je préfère ne pas dormir au risque de ne pas me réveiller à temps car je dois quitter mon hébergement à 2h30 pour prendre la navette qui part à 3h00 du BSI. Quand on me connait, on sait que je ne suis pas du matin donc vous imaginez, avec ces horaires !!!

Je rentre m’allonger une petite heure et demie vers 18h30, histoire de me reposer un peu. Je retourne ensuite écumer Reykjavik, cette ville que je n’ai pas envie de quitter. Je sais que nos adieux seront un peu douloureux.

J’essaie de faire traîner les heures, la soirée se passe, les magasins puis les restaurants se ferment petit à petit. La nuit est tombée depuis un moment, j’espère encore un peu revoir des aurores boréales mais il faut se faire à l’évidence, ce soir le ciel est trop couvert pour espérer quoi que ce soit.

Je retourne prendre des photos de The Sun Voyager aux environs de minuit. Je termine ce séjour par une pose longue de ce drakkar métallique avec en arrière plan la lumière du mémorial de la paix qui va sonder ces nuages qui obscurcissent le ciel de ma dernière soirée. Je dois attendre un assez long moment que des touristes asiatiques terminent de « squatter les lieux », afin de réussir enfin ce cliché (bon, ils étaient très sympas, nous avons même discuté un moment ensemble … j’avais juste besoin de personne sur la photo 🙂 ).

Je rentre vers 1h du matin pour passer les 90 dernières minutes dans le salon à lire … longue et difficile nuit.

Ce premier séjour en Islande m’a enchanté. Je n’ai qu’une envie, renouveler l’expérience … un jour, c’est certains !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
2 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :